Technologies mobiles et DEL au Burkina Faso (2/5)

PREDISPOSITIONS POUR UNE CROISSANCE FUTURE

Le marché des télécommunications mobiles en Afrique Sub-Saharienne détient l’un des plus grands potentiels de croissance dans les prochaines années dans le monde. On prévoit une augmentation de 43% du nombre d’abonnés mobiles entre 2012 et 2017 dans la région (source GSMA) . Le Burkina ne fait pas défaut à cette tendance générale. Avec un taux de pénétration à 65% fin 2013 , le secteur possède des réserves de croissance sensible pour les prochaines années pendant qu’ailleurs, les marchés atteignent déjà la maturité.

Capture d’écran 2014-12-01 à 2.10.31 PM

Les taxes et impôts reversés par les trois opérateurs ont un impact non négligeable sur les revenus nationaux. En 2013, ils représentaient à eux seuls presque 3% du budget national prévisionnel. Cette contribution devrait devenir encore plus importante dans les années à venir, en raison de la croissance prévue du chiffre d’affaires des opérateurs dans les années à venir, d’une nouvelle taxe introduite par l’Etat sur le secteur des télécommunications en Janvier 2014, et des revenus qui pourraient être générés par le renouvellement des licences actuelles ou l’octroi de nouvelles licences.

En dehors des emplois directs créés par les trois opérateurs du secteur des télécommunications mobiles (environ 500 fin 2013 ), il faut prendre en compte l’impact en termes d’emplois indirects créés, non seulement dans le secteur formel des distributeurs et des fournisseurs des opérateurs, mais aussi sur le secteur informel se développant autour de l’activité mobile, dans la distribution de cartes prépayées par exemple.

L’introduction des services de monnaie mobile et des services associés (paiement de factures, transfert d’argent, règlements d’achats dans les boutiques et supermarchés) est encore récente mais connaît une adoption rapide et un impact palpable sur l’économie locale. Ces nouveaux services apportent une solution efficace aux goulots d’étranglement que constituent les transferts nationaux de fonds et l’accès aux paiements dématérialisés pour les populations n’ayant pas accès au système bancaire classique. Dans les années à venir, ils devraient connaître un développement important et introduire de nouvelles applications qui auront un effet levier sur l’économie locale.

Par ailleurs, les télécommunications mobiles burkinabè bénéficient d’un environnement assez stable, concurrentiel et bien régulé. Aucun des trois opérateurs n’est détenu par l’Etat, dont le rôle se limite à l’octroi et au contrôle de l’exploitation des licences, et à la surveillance de la qualité des services fournis par les opérateurs. Cet écosystème permet entre autres de stimuler la concurrence dans le domaine et d’entrainer une baisse des prix pour le consommateur final, tout en incitant les opérateurs à améliorer leur offre et leur qualité de service.

La suite ici.

Publicités

Un commentaire sur “Technologies mobiles et DEL au Burkina Faso (2/5)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s