Pourquoi certains projets TIC pour l’éducation échouent

Avez-vous déjà entendu parler du projet OLPC? Non?

OLPC ou encore One Laptop Per Child (un ordinateur pour chaque enfant) est un projet qui a eu plus ou moins le vent en poupe dans les années 2006 à 2010. L’objectif était de déployer des ordinateurs low-cost pour le monde éducatif dans les pays en voie de développement pour que chaque  enfant puisse avoir son ordinateur portable éducatif où il peut suivre ses cours et faire ses devoirs. Cause noble peut être, mais pari ambitieux. Dix années et quatre modèles de laptop plus tard, tout l’enthousiasme autour du projet s’est évaporé. Le groupe OLPC annonçait d’ailleurs sur son blog la « mort » du projet il y a un an. Que s’est il donc passé pour que ce projet puisse se révéler être  un fiasco dans son implémentation, malgré les ressources et partenariats qu’il avait réussi à mettre en place? De manière plus générale, pourquoi certains projets TIC pour l’éducation, surtout ceux de déploiement de matériel informatique/technologique en milieu éducatif, échouent-ils?

Lire la suite

Publicités

Technologies mobiles et DEL au Burkina Faso (4/5)

ORIENTER L’EVOLUTION FUTURE DU SECTEUR

Avec la croissance prévue du nombre d’abonnés mobiles dans les années prochaines, si des investissements conséquents ne sont pas effectués pour moderniser les infrastructures de télécommunications mobiles, la qualité de service pourrait se détériorer considérablement et se traduire par une incapacité à répondre aux besoins des utilisateurs de manière fiable et optimale. Ceci pourrait aussi inhiber le développement des secteurs industriels et économiques dépendant directement du secteur des mobiles. De nombreux domaines de l’économie sont aujourd’hui dépendants directement ou indirectement des technologies mobiles et leur efficacité est directement liée à la fiabilité et à l’accès aux technologies mobiles. De plus en plus de réseaux de distribution, de commerce et de services financiers s’ouvriront dans un futur proche aux moyens de paiement mobile qui répondent aux exigences du contexte local. Des services de technologies mobiles de mauvaise qualité auraient donc un impact inhibiteur d’importance non négligeable sur le développement économique local.

Lire la suite

Technologies mobiles et DEL au Burkina Faso (3/5)

INFRASTRUCTURE INADEQUATE ET COUTS ENCORE TROP ELEVES

Les technologies mobiles au Burkina souffrent d’une carence importante au niveau des infrastructures et de la qualité de service. La qualité de la couverture réseau et la disponibilité de service sont en deçà des seuils requis selon le cahier de charge des opérateurs, ce qui a amené l’Autorité de Régulation des Communications Electronique et des Postes à imposer des sanctions financières aux trois opérateurs et à même envisager le retrait des licences pour cause de mauvaise qualité de service. La couverture 3G est quasiment limitée aux deux villes de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. Même dans les zones couvertes par la 3G, le débit est globalement moyen voire médiocre, et les services sont souvent sujets à des interruptions régulières, ce qui ne la rend pas assez fiable pour des applications requérant une disponibilité et un débit élevés.

Lire la suite

Technologies mobiles et DEL au Burkina Faso (2/5)

PREDISPOSITIONS POUR UNE CROISSANCE FUTURE

Le marché des télécommunications mobiles en Afrique Sub-Saharienne détient l’un des plus grands potentiels de croissance dans les prochaines années dans le monde. On prévoit une augmentation de 43% du nombre d’abonnés mobiles entre 2012 et 2017 dans la région (source GSMA) . Le Burkina ne fait pas défaut à cette tendance générale. Avec un taux de pénétration à 65% fin 2013 , le secteur possède des réserves de croissance sensible pour les prochaines années pendant qu’ailleurs, les marchés atteignent déjà la maturité.

Lire la suite